jeudi 18 avril 2019

Gestion Balkany : enfin le procès


Depuis des mois, les élus de la majorité enchaînent les tribunes dans le journal municipal (c’est-à-dire aux frais des Levalloisiens) pour le clamer haut et fort : le procès du Maire et de sa première adjointe – qui débutera le 13 mai au Tribunal correctionnel de Paris – ne serait qu’une affaire privée.

 

Pourtant, le couple Balkany a un lien avec la SEMARELP, au cœur de ce procès, Société d’économie mixte dirigée par la majorité municipale qui nous demande aujourd’hui de regarder ailleurs. Devrions-nous oublier qu’Isabelle et Patrick Balkany s’y sont succédés au poste de Président ? Devrions-nous aussi passer sous silence que Jean-Pierre Aubry, également renvoyé devant le Tribunal Correctionnel, a été Directeur de Cabinet du Maire puis Directeur Général de la SEMARELP au temps des faits poursuivis ?

 

Aurions-nous la naïveté de croire que le Cheikh Al Jaber, celui qui avait projeté d’édifier des tours à Levallois et n’en a jamais payé les droits à construire, celui qui n’a jamais non plus réglé les 20 millions d’euros que sa société avait été condamnée à verser à Levallois, est sans aucun lien avec notre ville ? Il est pourtant soupçonné du financement d’une villa marocaine louée – roulements de tambour – à la famille Balkany ! L’homme est prévenu du chef de corruption. Une affaire privée ? Vraiment ?

 

Selon l’équipe Balkany, qui signe, solidaire et au grand complet, il ne s’agirait que d’une « simple affaire de fraude fiscale ». Cette expression seule fait bondir : Comment des élus osent-ils traiter avec légèreté le fait de ne pas régler l’impôt quand on le vote et qu’on le fait payer à ses concitoyens ?

 

Si la théorie de l’affaire privée sans lien avec la ville ou l’innocence des prévenus est retenue par la Justice, ils auront été clairvoyants. Si les conclusions des magistrats sont différentes, il sera alors légitime de se demander si c’est la naïveté ou la complicité qui aura motivé leurs affirmations. Ils devront en tout cas en tirer les conséquences.

 

Vous avez du mal à croire à tout cela ? Nous vous invitons à vous faire votre propre opinion : les audiences sont publiques et le Tribunal est désormais desservi directement par le Tram depuis la Porte d’Asnières. Vous pourrez entendre les faits, rassemblés par des Juges compétents et indépendants, et vous constaterez que la Ville aurait dû se constituer partie civile pour obtenir l’indemnisation du préjudice causé aux levalloisiens qui sont bel et bien concernés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire