dimanche 10 mars 2019

La démocratie participative, enfin


Longtemps raillée, la démocratie participative retrouve des couleurs avec le Grand Débat National.

 

Pour sortir de la « crise des gilets jaunes », le Gouvernement a choisi de donner la parole aux français. Même si les règles de ce Grand Débat sont discutables au point que la Commission Nationale du Débat Public n’a pas voulu les avaliser en raison du risque de partialité, il est l’occasion de prendre la parole, et espérons-le d’être entendu.

 

Au travers de réunions publiques, de contributions sur Internet, de dépôt de doléances, chacun peut apporter sa contribution, faire remonter ses problématiques du quotidien, proposer des solutions.

 

C’est ce que nous prônons à Levallois : être écouté malgré les divergences, en Conseil municipal et dans une réelle démocratie participative.

 

Cela pourrait se traduire par

-        Donner des pouvoirs plus importants aux Conseils de quartier :

o   que leurs Présidents soient désignés par leurs membres et ne soient pas des élus de la majorité municipale, pour garantir l’impartialité des débats et prises de décisions ;

o   leur allouer un budget participatif dont ils décident de l’emploi ;

o   leur permettre de soumettre un vœu au Conseil municipal.

-        Renforcer les droits de l’opposition pour qu’elle contribue réellement à la prise de décision. Les délibérations du Conseil municipal sont portées à notre connaissance 5 jours avant la séance, ce qui nous laisse peu de temps pour assimiler des dossiers complexes alors que les élus de la majorité ont mis des semaines à les étudier, aidés par les services municipaux. Rappelons qu’être Conseillère municipale dans l’opposition est complétement bénévole et que nous travaillons.

-        Laisser les élus d’opposition siéger dans les Conseils d’administration :

o   des associations paramunicipales : Levallois-Sporting-Club, Levallois Culture, Levallois Information, Levallois Communication… (9 millions d’€ de budget par an) ;

o   et à la SEMARELP en charge de l’aménagement urbain.

 

Le grand débat, cela devrait être tous les jours en démocratie, et pas seulement quand les élus n’ont plus de réponse aux problèmes qu’ils avaient préféré ignorer.


Enfin, ne résistons pas à Levallois au plaisir de voir les politiques locaux (élus et/ou futurs candidats) instrumentaliser le Grand débat pour préparer les prochaines élections. Comme c’est plaisant de voir les élus de l’équipe Balkany qui crient avec la meute et son chef pour nous interrompre en Conseil municipal, se repaître de démocratie participative et d’écoute.

Les levalloisiens ne sont pas dupes de vos manœuvres !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire