jeudi 10 janvier 2019

Père Ubu et Mère Ubu


On croit rêver : voilà notre Maire et sa première adjointe partis en guerre contre la fiscalité, c’est-à-dire contre le principe constitutionnel issu de la Déclaration des droits de l’Homme du consentement à l’impôt au regard de ses facultés contributives.

Les Français qui peinent à boucler leurs fins de mois et les Levalloisiens dont ils augmentent les impôts locaux se pincent pour ne pas rire… ou pleurer.

 
Ainsi, Patrick Balkany se porte en héraut des opposants à la fiscalité nationale et à la péréquation qu’il a lui-même votée quand il était député. Tout en augmentant les impôts des Levalloisiens. Logique.

Et Isabelle Balkany soutient les « gilets jaunes » qui travaillent et paient leurs impôts mais ne s’en sortent plus, dans des zones dépourvues de services publics et de transports en commun. De qui se moque-t-on ?

 
Nous ne nous attarderons pas sur leur renvoi devant le Tribunal correctionnel de Paris pour 6 semaines de procès en mai/juin 2019 pour (entre autres !) des faits de fraude fiscale et de blanchiment de fraude fiscale. Présomption d’innocence oblige.

 
Mais déjà, le Tribunal administratif de Rouen s’est prononcé par un jugement du 20 novembre 2018 (dont il peut être fait appel par l’intéressée) affirmant que «L’administration apporte la preuve de manœuvres frauduleuses » de Madame Balkany. Le Rapporteur Public avait rappelé, alors qu’elle demandait une dispense des frais de pénalités et de retards, que « L’intéressée n’a jamais fait connaître à l’administration fiscale, avant l’examen de sa situation personnelle, ni l’existence de l’importante donation dont elle a bénéficié en 1995, ni la détention dès 1997 de la totalité des parts d’une société immatriculée dans un État étranger n’ayant pas signé d’accord d’échanges de renseignements avec la France avant 2009».

 
Quand on prétend soutenir ceux qui peinent à payer leurs impôts, il faut déjà payer les siens, prendre sa part de l’effort collectif ! Faute de quoi, on est disqualifié pour prendre position sur la question et pour voter l’impôt des autres. Evidemment notre duo légendaire n’a pas l’éthique nécessaire pour mesurer combien cette situation est ubuesque. Les « courageux » élus de leur majorité non plus, puisqu’ils espèrent chacun être adoubés et, en attendant, votent  comme un seul homme l’augmentation de l’indemnité du Maire.

 
Laissons statuer la Justice en continuant de porter une autre voix pour Levallois : celle de la Justice sociale et fiscale.

 
Anne-Eugénie Faure – PS
Dominique Cloarec – EE-LV
www.autrehistoirelevallois.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire