lundi 8 octobre 2018

Augmentation de la taxe d’habitation : Balkany vous présente la note de sa gestion.

Lors du vote du budget 2018, nous nous étions élevées contre l’augmentation vertigineuse et non-assumée de la taxe d’habitation par la municipalité.

Le gouvernement a décidé en 2017 l’exonération de cette taxe pour les contribuables les moins aisés. Dans le même temps, il s’est engagé, pour l’année 2018, à compenser la perte de recette que cela occasionnerait aux communes. 

Nous savons qu’il faut rester prudent sur le maintien de cette compensation pour les années suivantes tant le gouvernement Macron inflige des hausses de contributions teintées d’injustice.

A Levallois-Perret, 50 % des foyers sont désormais exonérés de taxe d’habitation (contre 80 % en France).


 
Pour faire face à la perte estimée de 7 millions d’euros de taxe d’habitation sur les 33 millions d’euros du budget de Levallois en 2017, la majorité municipale a décidé, non de diminuer son train de vie, mais d’augmenter lourdement cette taxe pour ceux qui continuent de la payer.

Pour cela, elle a diminué tous les abattements facultatifs.


Ainsi, les 50 % de Levalloisiens qui paient encore la taxe d’habitation voient son montant augmenter et se répartissent entre eux le paiement des 7 millions d’euros de diminution de recette.

 
Rappelons que la Ville va toucher le même montant en compensation de l’Etat, de sorte qu’elle réussit à augmenter ses rentrées en cumulant la taxe d’habitation augmentée et sa compensation.


Un coup astucieux terriblement malhonnête.

 
Attendez-vous à ce que le Maire vous explique que tout cela n’est pas sa faute mais celle du gouvernement. Comme d’habitude, il fait porter la responsabilité de sa gestion calamiteuse des 35 dernières années sur l’Etat.

 
Dans le même temps, loin de maintenir le niveau de service, il en augmente les tarifs.

 
Après avoir été qualifiés d’oiseaux de mauvais augure pendant des années, force est de constater que ce que nous redoutions arrive : la ville ne peut plus faire face au niveau de service qu’elle a payé pendant des années en vendant son foncier qui est épuisé. Elle fait payer la note de son imprévoyance aux levalloisiens.

 

Et pourtant, nous proposons une autre politique, fondée sur l’amélioration de la performance de la gestion municipale et sur une nouvelle allocation des ressources. Les choix de dépenses et d’organisation actuels occasionnent surcoûts et gaspillages au détriment du rapport qualité/prix du service rendu aux Levalloisiens.

Il est possible de rétablir la capacité financière de notre ville sans augmenter les impôts et sans toucher aux services à la population. Encore faut-il remettre en cause le système mis en place au profit de quelques-uns.

 
Anne-Eugénie Faure – PS
Dominique Cloarec – EE-LV

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire