dimanche 5 mars 2017

Que dit la Cour des comptes de la gestion de notre ville ?

Non content de faire la une de la presse judiciaire et l’objet de toutes les attentions de la Chambre régionale des comptes d’Ile-de-France, notre bonne ville est désormais épinglée par le Saint du Saint, la Cour des comptes elle-même. Levallois a en effet le sublime honneur d’être mise en exergue comme le parangon de mauvaise gestion par les juges de la rue Cambon dans leur rapport annuel 2017, rien que ça :

 
« La gestion de Levallois-Perret présente des caractéristiques très particulières, du fait de la présence de nombreuses entreprises publiques communales et associations étroitement liées à la ville. Depuis 2014, la chambre régionale des comptes d’Île-de-France a examiné la gestion de la commune, celle de sa société d’économie mixte d’aménagement, Semarelp, qu’elle détient à 79,99 %, et de ses deux filiales (Levaparc et Scrim), ainsi que de l’association sportive Levallois Sporting Club (LSC), principale association bénéficiaire des subventions de la ville. Ces travaux ont conduit à des rapports d’observations, rendus publics en 2015-2016, assortis de recommandations destinées à corriger certaines irrégularités et à améliorer la gestion des entités concernées. »

En clair : ce n’est pas la première fois que des magistrats indépendants pointent du doigt la gestion de la ville, de la SEMARELP et des associations satellites de la ville, en particulier le LSC et Levallois Communication.

 
« Au total, ces rapports mettent en évidence un système municipal fortement intégré, marqué par l’étroitesse des liens institutionnels, l’interdépendance financière et la gouvernance de tous ces organismes par un groupe limité d’élus et de dirigeants. »

= cela fait déjà 7 rapports qui épinglent ces associations dirigées de fait la majorité municipale et qui ne peuvent absolument pas être contrôlées par les levalloisiens et de leurs élus d’opposition.

 
«  Les lacunes de l’information budgétaire et comptable sont majeures et les très importants engagements pris par la commune en faveur de ses satellites – avances de trésorerie, prêts et garanties d’emprunt pour la Semarelp ; subventions et contributions en nature pour les associations paramunicipales – ne sont retracés nulle part de façon exhaustive et transparente »

= Pour des sommes allant jusqu’à 18 millions d’euros par an provenant des fonds de la ville, rien n’est justifié.

 
« De telles faiblesses sont préjudiciables à la bonne information de l’assemblée délibérante et du contribuable local – dans un territoire certes aisé, mais dont les marges financières se sont considérablement resserrées – ainsi qu’au contrôle efficace de l’utilisation des ressources publiques. Elles sont également porteuses de risques. »

= Ce n’est pas parce que les rentrées fiscales sont élevées que l’on peut dépenser sans compter.

 
« Ces défaillances peuvent en effet placer les élus municipaux dans des situations de conflits d’intérêts caractérisés »

= Des Maire-Adjoints et Conseillers municipaux prennent des décisions dans le cadre de leur fonction d’élu qui ont un intérêt pour eux à titre personnel ou pour leur entourage.

 
« Ces défaillances fragilisent la situation juridique des agents municipaux mis à disposition des associations et favorisent la commission de nombreuses irrégularités en matière de gestion des ressources humaines. Elles sont, enfin, à l’origine de certains contournements des règles de la commande publique. »

= On embauche qui on veut, en particulier les amis et la famille, et on fait fi des règles de passation des marchés publics.

 
 « Si la gestion publique locale du « groupe territorial » de Levallois-Perret est très intégrée, son opacité, porteuse de risques, facilite les dérives et les irrégularités. »

= Là chacun l’aura compris : la majorité municipale fait ce qu’elle veut, y compris dans l’illégalité.

Nous le dénonçons publiquement en Conseil municipal et nous avions  demandé le vote d’un blâme à l’encontre du Maire à ce sujet. Ce vote a été rejeté par la majorité LR-UDI-PCD, mais aussi par les opposants divers-droite, ce que nous regrettons vivement.