dimanche 1 mai 2016

Fusion 92 et 78 : discret mariage au parfum d’entre-soi ?


Moins d’un an après les dernières élections départementales, le Président du Conseil départemental des Hauts-de-Seine, Patrick DEVEDJIAN, a initié à la surprise générale, avec son homologue des Yvelines, l’union de leurs deux départements et des sociétés d’économie mixte de développement local qu’ils dirigent. L’un comme l’autre comptent parmi les plus riches départements de France.

 

Ainsi, l’établissement public de coopération interdépartemental (EPCI) Hauts­-de-­Seine et Yvelines fait ses premiers pas. Sans concertation aucune. Les habitants, les personnels concernés, pas plus que les élus n’ont eu l’honneur ou l’avantage d’être consultés sur la création de cette structure juridique commune qui rassemblera plus de trois millions de citoyens ! On rétorquera qu’à notre époque, en matière d’union, la consultation n’est plus une obligation légale et que les économies d’échelle envisagées font que l’alliance s’annonce fructueuse. A voir.

 

Plus sérieusement, comment justifier le rapprochement entre ces deux édiles, celui des Hauts-de-Seine en tête ? Des projets politiques personnels inavoués plus ambitieux que la Métropole du Grand Paris se cacheraient-ils dans le trousseau ?

 

Ce mariage arrangé, loin de toute mésalliance avec un département plus modeste, devra finalement être validé par décret en Conseil d’Etat, sans aucune cohérence territoriale, sans appui des populations, sans fondement historique.

 

Quels sont les bénéfices pour Levallois-Perret dans cette fusion ? Nos conseillers départementaux, témoins de ce mariage, et qui n’en sont pas à leurs premiers mandats, ont-ils seulement défendu nos intérêts avant de porter un toast en l’honneur des futurs époux ? A défaut de consultation du conseil municipal sur le sujet, nous aurions pu au moins espérer qu’il en soit informé, sinon quelle serait pour eux l’utilité de cumuler des mandats de conseillers municipaux et départementaux ? Il était sans doute plus confortable et plus intéressant personnellement pour la suite de prêter allégeance, sans faire de vague, à l’autre Patrick des Hauts-de-Seine.

 

Sous le voile de la mariée se cache bel et bien un affront à la démocratie maquillé en mariage de raison. Mais qu’importe, pourvu que l’on reste entre-soi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire