vendredi 1 avril 2016

Quand on aime on ne compte pas (avec l'argent des autres bien sûr)

Dans son dernier rapport d'observations sur Levallois, la Chambre régionale des comptes, juridiction financière parfaitement indépendante, a relevé de graves irrégularités sur les exercices et comptables des budgets 2007 et suivants de notre ville.


La Chambre dénonce des comptes « ni sincères, ni réguliers ».

Pourtant, les règles budgétaires et comptables qui s'imposent aux collectivités locales servent à garantir aux citoyens et aux contribuables la bonne gestion de l'argent public. Nous n’avons jamais cessé de dénoncer l’opacité de l’information fournie au Conseil municipal lorsqu’il doit se prononcer sur les orientations budgétaires ou voter le budget de la Ville.

 

Les mensonges de la majorité LR/UDI/PCD en matière comptable avaient-ils pour but de dissimuler une gestion désastreuse et une faillite évidente ? La majorité aurait en effet minoré la dette de la ville de 117 millions d'euros ! Dans le même temps, elle a accordé des heures supplémentaires au-delà du maximum légal et des primes injustifiées (et elles aussi illégales) à ses plus proches directeurs, passé des marchés publics que la Chambre qualifie de douteux, notamment celui avec Bygmalion qui aurait été « irrégulièrement exécuté tandis que les prestations sont incertaines ». S’ajoute une délégation de service public à LEVAPARC dans des conditions si favorables que son Directeur parvient à obtenir un salaire mensuel de 12.000 € par mois, versé par une société d’économie mixte détenue majoritairement par la Ville, ce qui pose évidemment question.


La réponse scandaleuse fournie par la mairie n'a apporté aucune explication à ces irrégularités identifiées par la CRC.

 

Nous ne cautionnons pas ce calcul malhonnête bafouant les règles de la République et constatons surtout qu’il s’avère mauvais ! La situation financière de Levallois est plus que préoccupante et la Chambre appelle à réduire le train de vie de la Mairie.


Derrière cette « insincérité des comptes » et ces gaspillages, il nous faut comprendre que les hausses d'impôt (+ 10 % du taux de la taxe d'habitation et de taxe foncière en 2015) et des tarifs municipaux viennent toujours ponctionner davantage les Levalloisiens en contrepartie de services qui se réduisent (fermeture de la bibliothèque Gabriel Péri, manque d'ATSEM à l’école maternelle, manque de cars pour les transports scolaires,...).

 

En nous appuyant sur l'article 110 de la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République (NOTRe), nous proposerons au Conseil municipal que notre ville soit candidate auprès du Ministre chargé des collectivités territoriales pour expérimenter des « dispositifs destinés à assurer la régularité, la sincérité et la fidélité des comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements ».

 

Ainsi que la CRC a pu le constater, notre ville a été « créative » en matière de gestion pendant 30 ans. Essayons maintenant d’innover dans le bon sens !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire