jeudi 1 octobre 2015

Quand la faillite morale s’ajoute à la faillite financière.

Au moment où l’Etat réduit ses dépenses de fonctionnement, engage avant de l'intensifier la baisse des impôts, notre ville est acculée par une gestion désastreuse de la majorité municipale.

Voilà malheureusement ce que nous prévoyions depuis des années et qui nous valait les pires accusations d’alarmisme :

-       L’augmentation des impôts locaux : + 10 % de taxe d’habitation et de taxe foncière ;

-       La hausse des tarifs municipaux ;

-       La baisse des services.

L’excuse de la baisse des dotations aux collectivités est toute trouvée et la majorité municipale pense pouvoir se dédouaner de toute responsabilité.

Nous prenant tous pour des idiots, le Député-maire de Levallois-Perret et sa majorité nous expliquent que le seul et unique responsable de la dette et les hausses d’impôts de Levallois, serait François Hollande.

Or la dette et les impôts de Levallois n’ont cessé de croître depuis 15 ans.

En 2009, la majorité municipale a même décidé de ponctionner plus de 4 millions d’euros par an supplémentaires aux Levalloisiens en instaurant la taxe de balayage.

Notre ville dispose des ressources fiscales parmi les plus importantes de France.

Malgré cette manne, elle réussit à cumuler :

-       une dette record ;

-       une imposition élevée ;

-       le tout en dégradant les services publics les plus essentiels comme en témoigne la fermeture brutale de la bibliothèque Gabriel Péri.

Les économies sont faites sur le dos des employés municipaux et au détriment de la qualité de vie de des Levalloisiens.

Non content de conduire notre ville à la faillite, notre Maire continue à défrayer la chronique judiciaire et à entraîner les levalloisiens dans sa faillite morale.

Si le Préfet des Hauts-de-Seine a considéré ne pas disposer encore  de suffisamment d’éléments pour demander sa révocation au Conseil des Ministres, il revient aux élus du Conseil municipal et en particulier à ceux qui sont en nombre pour le démettre, ceux de la majorité municipale, du groupe Les Républicains-UDI-Parti Chrétien Démocrate, de se désolidariser et démontrer leur capacité à servir les Levalloisiens et non un système scandaleux.

S’ils ne le font pas maintenant, c’est leur honneur d’élus de la République qui sera atteint et ne pourra jamais être restauré, même lorsque ce triste épisode politique sera passé pour Levallois.