mardi 1 septembre 2015

Gouverner c’est choisir. Faire des économies, c’est également choisir : maintenir une bibliothèque ou dilapider l’argent des levalloisiens dans du superflu ?

Les élus du Conseil municipal se sont quittés d’une bien curieuse manière le 22 juin dernier, par l’extinction des lumières de la salle du Conseil sur décision du Maire d’interrompre les délibérations, au moment où nous abordions la question de la fermeture de la bibliothèque Gabriel Péri.

Cette séance fut malheureusement une parfaite illustration de la situation politique et financière de la ville :

-          Un rapport de la Chambre Régionale des Comptes pointant la gabegie au sein du Levallois-Sporting-Club qui perçoit entre 5 et 6 millions d’euros de subvention municipale pour notamment subventionner les carrières de sportifs de haut niveau en demandant toujours plus d’effort aux sections de sport amateurs ;

-          Et parallèlement, le refus de débattre de la fermeture de la bibliothèque Gabriel Péri, ce lieu au carrefour des âges, situé en centre-ville, qui est la seule structure à être proche à la fois d’une école maternelle, d’une école primaire, d’un collège, d’un parc et d’une maison de retraite.

Nous aurions voulu connaître les réalités financières invoquées à l’appui de cette fermeture. Il a été invoqué l’obligation de travaux de rénovation, de mise aux normes.

Soit, mais lesquels ? À nos yeux et à ce jour, la seule obligation qui apparaît est l’obligation légale, mais surtout humaine, d’améliorer l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite.

Quel en est le coût ? Personne ne nous a répondu. Une évaluation a-t-elle été réalisée ? Personne ne nous l’a dit, pas plus qu’aux 4000 signataires de la pétition contre la fermeture de cette bibliothèque dont l’Adjoint au Maire à la culture a refusé de recevoir l’initiateur.

Une fois le coût connu, chacun aurait pu apprécier l’opportunité des choix budgétaires faits par la municipalité. Ces mêmes choix qui vont nous conduire, dès le mois prochain, à recevoir des avis de taxe foncière et d’habitation augmentées de 10 %.

Au milieu de tous ces efforts supplémentaires demandés au contribuable pour des services dégradés, combien coûteront à la Ville les poursuites judiciaires que Patrick Balkany a annoncé engager à l’encontre du magazine de France 2 Complément d’Enquête ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire