lundi 1 juin 2015

Développement durable : l'art du trompe l'oeil

De loin, tout est beau à Levallois. De près, la ville est au bord de l'asphyxie financière, les impôts augmentent, les services numériques sont indignes et le développement durable fait du surplace.

Pourtant, chaque année, le Maire assomme le Conseil municipal d'un rapport dédié au développement durable, qui n’est que poudre aux yeux !

On nous annonce des économies d'énergie au Centre Aquatique, une amélioration de l’éclairage des WC Hommes au Palais des Sports Gabriel-Péri. Seules, ces petites actions ne sauraient constituer une stratégie de développement durable.

Quelles sont les réponses apportées à l'hyper densification de la ville ? Comment mieux organiser le partage des espaces entre piétons, cyclistes et voitures ? Comment gérer les nuisances sonores et lumineuses dues aux innombrables chantiers ? Comment pratiquer le tri sélectif des déchets dans des immeubles ne disposant pas de locaux adaptés ? Comment pallier l'insuffisance d’espaces verts ?

Peut-on sortir de l'engrenage du tout-construction ? La dette abyssale oblige à acheter des terrains et à les valoriser en immeubles. Mais les prix sont à la baisse et les entreprises fuient l'image désastreuse de la ville.

Que dire de l'échec du projet d'EcoQuartier Eiffel ? Ce label n’est pas simple à obtenir. A ce jour encore, 6 projets de collectivités d'île-de-France ont été labellisés. D’autres sont reconnus comme « engagés dans la labellisation », à l'image du projet d'aménagement de la ZAC Bac d'Asnières à Clichy-la-Garenne.

La gestion du projet d'EcoQuartier Eiffel est un échec : limité à quelques actions cosmétiques, il ne porte aucune ambition de développement durable. Où sont les trois piliers du développement durable : économie, environnement et social ?

Est-ce du développement durable de tuer le petit commerce au profit d'un centre commercial, de créer des conseils de quartier factices sans liberté d'action, de profiter de travaux d’amélioration de l'habitat pour augmenter les loyers des logements sociaux, de ne donner aucune place digne de ce nom aux trottoirs et pistes cyclables ?

Qui au sein de la majorité n’est pas occupé à éviter les condamnations pénales ou vendre la ville aux promoteurs ? Qui se consacre à l’avenir de Levallois ?