mercredi 7 janvier 2015

Transparence et responsabilité.

Plus que jamais, élus et décideurs publics sont confrontés à une demande grandissante de transparence et de responsabilité.

Cependant, à Levallois, la transparence reste un sujet mettant facilement en colère la majorité municipale. Que cache cet agacement chronique ? Ces interruptions et invectives envers les élus d’opposition qui les questionnent au Conseil municipal ?
Dernier exemple en date de ces réactions suspectes, les menaces téléphoniques de Jean-Pierre Aubry, directeur général de la SEMARELP récemment mis en examen pour corruption et blanchiment de fraude fiscale, à l'encontre d'un journaliste du Canard enchaîné auteur d'un article publié le 8 octobre concernant les conditions dans lesquelles il aurait acquis un superbe loft rue Rivay.

Toujours à propos de transparence, le marché notifié à la société Bygmalion par la ville le 15 février 2012 est révélateur des pratiques de la majorité municipale. Par ce marché public passé au moment de la campagne présidentielle 2012, la ville a acheté pour 120.000 euros des prestations que même un bénévole aurait eu honte livrer. Soit nos services municipaux sont incompétents, soit ils ont été mis, et peut-être malgré eux, au service d’une entreprise illégale. La transparence passe par des commissions d’appel d’offre en bonne et due forme où chaque membre peut disposer du dossier dans un délai raisonnable et poser toutes les questions nécessaires à sa parfaite compréhension du sujet.

La République exige également des élus le respect du principe de responsabilité. A Levallois, la majorité municipale a instrumentalisé enfants, parents et personnels pour mettre en échec l’application de la réforme des rythmes scolaires afin de mieux critiquer l'action du gouvernement et détourner l'attention des habitants des sujets qui menacent notre ville : dette record, affaires s’accumulant sur le conseil municipal (Bygmalion, SEMARELP). Où est la responsabilité des élus dans ces petits calculs ? Où est la responsabilité d’une équipe qui bloque les écoles et laisse courir les dépenses ?

Transparence et responsabilité n'étaient peut-être pas à la mode en cette trop lointaine époque où Patrick Balkany a commencé sa carrière politique, mais les mentalités ont évolué depuis et il serait temps que le conseil municipal se mette enfin à la page et rende son honneur à Levallois ! Avec ou sans Patrick Balkany.


« Une autre histoire pour Levallois » - PS, EELV.
Anne-Eugénie Faure
Jean-Laurent Turbet

Dominique Cloarec

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire